Partagez cette page

François Corbier, de son vrai nom Alain Roux, est un chanteur, auteur-compositeur, poète, musicien, guitariste.

Publié dans 1er Jour

François Corbier, de son vrai nom Alain Roux, est un chanteur, auteur-compositeur, poète, musicien, guitariste.


Orphelin de père à deux ans, de l'âge de deux ans et demi à sept ans il vit à Ailly-sur-Noye (dans la Somme). Après des études très secondaires, il reprend la guitare que son frère vient de laisser tomber en partant au service militaire. À son retour, le jeune François a déjà écrit une vingtaine de chansons ; les deux frères décident alors de tenter l’aventure du cabaret et montent un éphémère numéro de duettistes sous le nom de Gouate & Mallat en 19621. Après avoir vu Claude Serra (père d'Éric Serra) faire des chansons flash, il reprend ce concept.
En 1964, il rencontre son maître ès-chansons Georges Brassens à Bobino. Celui-ci l’écoute et l’encourage à chanter. Deux ans plus tard, il crée le «Mouvement Bichebochien» dont il est à la fois le Maître et le Disciple. Il présente un spectacle de chansons flashs, « Ne nous flashons pas » (40 chansons en 20 minutes). En 1967 il devient gentil organisateur au Club Med jusqu'en 1971 à Al Hoceïma au Maroc où il interprète tous les soirs dans le spectacle, la chanson qu'il a composée avec le nom et qui s'intitule Allo ceïma ne raccroche pas. Il rencontre ensuite Jean-Pierre Elkabbach, qui le fait entrer à France Inter.
En 1968, il sort son premier disque, produit par son ami Alain Barrière. C'est d'ailleurs Alain Barrière, qui un jour en lui disant en plaisantant : "Méfie-toi, tu vas finir pendu !", lui donne l'idée de son pseudonyme "François Corbier", provenant du véritable nom du poète François Villon, "François de Montcorbier"2.
En mai, il effectue une grande tournée dans les usines en grève avec entre autres Georges Moustaki et Maxime Le Forestier. En 1969 il tourne avec Alain Barrière, Serge Lama, Michel Sardou...
En 1970 il fait une rencontre déterminante avec Jean-Louis Foulquier dans un cabaret de Montmartre. De chanteur, il devient chansonnier. De 1970 à 1987 il se produit dans divers cabarets mythiques : l’Écluse, l'Échelle de Jacob, le Port du Salut, le Don Camilo, la Villa d'Este, le Caveau de la République, le Théâtre de 10 heures. Entre 1970 et 1972, il est collaborateur au magazine de son ami Gotlib, Fluide Glacial3.
Dans ces années là, il participe à de nombreuses émissions de radio sur France Inter, Europe 1 ou RTL, et de télévision sur France 3, RMC et la RTBF. En 1981 il tourne au Québec.
Après des années de cabaret, Jacqueline Joubert le remarque après l’avoir entendu au Caveau de la République. La Directrice de l'Unité Jeunesse d'Antenne 2 lui propose de l'engager en le voyant faire rire des enfants lors d'un spectacle. Il a alors 38 ans. Sa carrière médiatique est lancée grâce à l'émission Récré A2 qu'il intègre en 1982. Il devient un personnage incontournable de la célèbre émission présentée par Dorothée. Son rôle est celui du "chansonnier pour enfants". Chaque mercredi matin, il se lance, notamment, le défi de composer une chanson en direct à partir de quelques mots choisis par un jeune téléspectateur, sa guitare en bandoulière.
Alors qu'en 1984 sa chanson Nous les mille-pattes passe inaperçue, la popularité de Corbier explose en 1986 grâce à son tube : Le nez de Dorothée qui sera un grand succès. Cette chanson se moque gentiment de la célèbre animatrice de Récré A2 et deviendra une chanson culte.
En 1985 il fait la première partie de Michel Lagueyrie à l'Olympia.
En 1987, Corbier décide de quitter Antenne 2 pour devenir l'un des co-animateurs du Club Dorothée sur TF1, aux côtés de Dorothée, Ariane, Jacky et Patrick. Le succès est immédiat, sa notoriété décuplée. Tendre, sensible et posé, mais aussi grincheux, vif, drôle et pertinent ; son humour décalé, sa poésie, sa verve et son tempérament feront de lui un des personnages les plus attachants de l'émission.
De 1987 à 1991, il devient comédien dans la sitcom Pas de pitié pour les croissants diffusée sur TF1, aux côtés de ses acolytes du Club Dorothée.
Il poursuit sa carrière de chanteur et sort divers 45 tours produits par AB Disques : Sans ma barbe qui sera un succès en 1988 mais aussi Laissez les mamies faire en 1995.
En octobre 1996, il quitte le Club Dorothée mais y fera son retour de juillet à août 1997 pour vivre les dernières aventures du Club Dorothée Vacances.
Après l'arrêt de l'émission, il se tourne vers ses premières amours : la scène, une reconversion qui ne fut pas sans difficulté

Publié dans Chansonnier

Suivez-nous sur Facebook

A Propos

Le projet Koolos'Fest est né dans la tête du président Séb et de son acolyte et bras droit Alex. 

L'idée était donc de fêter les 10 ans de l'association avec un événement qui sortirait de l'ordinaire.

Etant donné qu'il n'y avait plus aucun festival regroupant différents styles sur la région roannaise, nos deux compères décidèrent de monter un projet d'envergure, le Koolos'Fest.

C'est ainsi que nos deux troublions commencèrent les démarches avec les administrations ainsi qu'avec différents artistes et prestataires. Après quelques mois, de démarche la programmation de la première édition fut bouclée !

Nous avons hâte de pouvoir partager ce week end festif avec vous ! venez nombreux !

Commentaires Récents